Nacer Bouhanni double la mise

Le leader de l’équipe Cofidis est imbattable : il a remporté son deuxième sprint en deux jours.

Nacer Bouhanni sera-t-il le premier coureur à signer le triplé au Tour de Picardie ? « Je me concentre sur le classement général, répond-il. C’est l’objectif. Mais cela va de pair : quand on gagne, on récupère des bonifications. » Avant la dernière étape, dans l’Aisne, entre Saint-Quentin et Guise (170,2 km) demain, le Vosgien a renforcé sa position de leader. Aujourd’hui, son équipe Cofidis a été mise à rude contribution durant toute la journée. D’abord face au danger que représentait un groupe de cinq coureurs échappés dès le kilomètre 10. Il était composé de Ladagnous (FDJ), Delfosse (Wallonie-Bruxelles), Turgot (AG2R la Mondiale), du Suisse Pellaud (IAM) et du Néerlandais Van Empel (Roompot), qui comptaient plus de 4 minutes d’avance après 40 kilomètres de course. Ils n’étaient plus que trois en tête (Ladagnous, Delfosse et Pellaud) lorsque deux poursuivants recollaient : Jaurégui (AG2R La Mondiale) et le Kazakh Zakharov (Astana). Mais à 6 kilomètres du but, sous l’effet du travail de l’équipe Cofidis, le peloton opérait la jonction avec les échappés. Un sprint s’annonçait. « C’était une arrivée difficile, en montée, j’ai suivi la roue de Christophe Laporte qui m’a idéalement lancé à 200 mètres de l’arrivée, raconte Bouhanni. Puis Guardini m’a surpris en attaquant. Il m’a dépassé, j’ai pris sa roue et à 150 mètres, avec un peu de vent de face, j’ai pris le dessus. »

Le Vosgien s’imposait devant le Britannique McLay (Fortuneo-Concept Vital), vainqueur du Grand Prix de Denain en avril, et l’Italien Guardini (Astana). Au classement général, Bouhanni compte 15 secondes d’avance sur le Belge Jens Debusschere (Lotto-Soudal). McLay et Ladagnous (qui a décroché 6 secondes de bonifications grâce à deux sprints intermédiaires gagnés) sont à 17 secondes du leader du Tour de Picardie.

Les commentaires sont fermés.